Paris se construit en Lego

lego
Cette année pour Paris Rendez-Vous, c’est une exposition autour de la célèbre brique LEGO®destinée aux petits, comme aux plus grands, qui investit l’espace et donne à voir des maquettes géantes de monuments parisiens, un film animé ainsi que des ateliers de construction pour enfants. Les ateliers «le Paris des enfants» laisseront apparaître, jours après jours, un nouveau Paris en perpétuelle évolution notamment à travers les inventions des petits «apprentis architectes».

LES ATELIERS « LE PARIS DES ENFANTS »

Les enfants entre 6 et 12 ans sont invités à venir imaginer et construire la ville la demain ! Les constructions individuelles des enfants seront mises en commun pour permettre de voir émerger, au fur et à mesure, une grande ville.

Les ateliers sont gratuits et se déroulent du 3 au 23 décembre 2016, les mercredis, samedi et dimanche, de 10h à 18h. Durée : 1h00

Attention, la réservation est obligatoire : POUR L’INSCRIPTION AUX ATELIERS CLIQUEZ ICI

Informations

Le musée d’Orsay vous invite à fêter ses 30 ans

Pour ses trente ans, le musée d’Orsay ouvre grand ses portes et vous invite à un week-end festif, convivial et entièrement gratuit, du vendredi 2 décembre à 19h au dimanche 4 décembre à 18h.

Tous les arts sont représentés, et notamment la danse, avec une création du chorégraphe José Montalvo qui marque l’ouverture du week-end le vendredi 2 décembre (de 19h à minuit). Ce spectacle-performance, qui puise son inspiration dans l’esprit du lieu et dans les collections d’Orsay, investit la grande nef des sculptures et les salles du musée avec près de trente interprètes, danseurs, chanteur et musiciens.

Un grand bal costumé Second Empire constitue, le samedi 3 décembre (19h30 -minuit) un autre temps fort de cet anniversaire, en lien avec la grande exposition Spectaculaire Second Empire actuellement présentée au musée. Il se déroule dans la salle de bals et le grand restaurant.

Lire la suite

Tenue correcte exigée au Musée des Arts Décoratifs

À chaque saison de la mode, comme dans l’actualité sociale et politique, difficile d’échapper à la question du code vestimentaire. « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale », présentée au musée des Arts décoratifs du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017, invite à revisiter les scandales qui ont présidé les grands tournants de l’histoire de la mode du XIVe siècle à nos jours.

Cette exposition originale et inattendue propose d’explorer à l’appui de plus de 400 vêtements et accessoires, portraits, caricatures et petits objets, les prises de libertés et les infractions faites à la norme vestimentaire, aux codes et aux valeurs morales. Robe volante, pantalon féminin, jupe pour homme, smoking pour femme, mini-jupe, baggy, ou blue jeans, devenus emblématiques, ont tous marqué une rupture, provoquant à leur apparition de virulentes critiques, voire des interdictions. Parce qu’ils étaient trop courts ou trop longs, trop ajustés ou trop amples, trop impudiques ou trop couvrants, trop féminins pour l’homme ou trop masculins pour la femme, ces vêtements ont transgressé l’ordre établi.

Ce projet, conçu par Denis Bruna, conservateur, dans une scénographie confiée à Constance Guisset, s’articule autour de trois thématiques fortes : le vêtement et la règle, est-ce une fille ou un garçon ? et la provocation des excès.
24
TENUE CORRECTE EXIGÉE, QUAND LE VÊTEMENT FAIT SCANDALE
du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017 au Musée des Arts Décoratifs

Source

Gaston Lagaffe, star de la bibliothèque Georges Pompidou

Apparu pour la première fois le 28 février 1957 dans les pages du journal de Spirou, Gaston Lagaffe fête ses soixante ans en 2017. Le « héros sans emploi » créé par Franquin pour animer le journal devient très vite l’un des personnages majeurs de l’épopée Spirou et, sur plus de 900 planches, un véritable classique de la BD.

L’exposition proposée par la Bibliothèque publique d’information pose un regard neuf sur l’importance de ce personnage qui aura entraîné son créateur très au-delà de la BD jeunesse ; le gaffeur se révélant avec le recul subversif, militant, beatnik, écolo et au final porteur de questionnements très emblématiques de notre époque sur la manière de vivre en société.

Conçue avec le concours de Frédéric Jannin (dessinateur de bande dessinée, auteur de la série Germain et nous et contributeur au Trombone illustré, aux côtés de Franquin, Peyo, Bretécher, Gotlib…) et de Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault (auteurs chez Dupuis de Yvan Delporte, réacteur en chef et de la série en cours La véritable histoire de Spirou), l’exposition élaborée par la Bpi s’inscrit en écho au programme éditorial de l’anniversaire du personnage porté par les éditions Dupuis dont le point d’orgue sera la nouvelle édition de la série Gaston, en 21 volumes, avec des couleurs restaurées, et la publication d’un catalogue d’exposition largement documenté.

Planches et éditions originales, dessins inédits, photographies, inventions et gags en tous genres permettront de redécouvrir un Gaston si proche de chacun d’entre nous, derrière lequel débordent tout le talent et l’audace d’André Franquin.

CENTRE GEORGES POMPIDOU
Du 7 décembre 2016 au 10 avril 2017
25 rue du Renard, 75004 – M° Rambuteau (11)
Le lundi et du mercredi au vendredi de 12h à 22h et le week-end de 11h à 22h
Fermé le mardi
Entrée libre

Source

On se réchauffe à la Grease Party !

À l’occasion de sa diffusion en version restaurée, l’UGC Ciné Cité Paris 19 vous embarque dans l’univers des Pink Ladies et des T-Birds en vous proposant une soirée autour du mythique film GREASE de Randal Kleiser avec Olivia Newton-John et John Travolta, le jeudi 17 novembre à partir de 19h, dans le cadre des séances UGC Culte.

Le concept est simple : concours de danse + cocktails + cupcakes + projection du film.

Au programme :

Dès 19h, la salle de projection de l’UGC Ciné Cité Paris 19 se met aux couleurs de Greaseen se transformant en salle de bal où des profs diplômés vous attendront pour un cours exceptionnel et un concours de danse sur les pas de Sandy et Danny. Les deux vainqueurs remporteront un cadeau digne des Pink Ladies et des T-Birds.

Afin de satisfaire vos soifs et fringales, un cocktail + un cupcake spécial Grease vous seront servis avant la projection.

À 20h45, place au film, en version originale sous-titrée !

Dress code :

Blousons noirs, t-shirts noirs ou blancs, pantalons moulants, gomina, blousons roses, jupes jaunes, escarpins rouges et barrettes sont les bienvenus, ainsi que les chemisiers rouges et shorts roses bien sûr.

Les infos :

Grease Party : jeudi 17 novembre 2016 à partir de 19h00.

UGC Ciné Cité Paris 19, 166 Boulevard MacDonald, 75019 Paris

Tarifs :

Pour accéder à la soirée, vous pouvez déjà réserver votre place de cinéma en ligne sur le site ugc.fr qui vous garantira alors de pouvoir acheter votre billet pour l’animation d’avant-séance directement aux caisses du cinéma le soir de l’événement.

10€ (animation) pour chaque abonné UGC Illimité
10€ (animation) + 5€ (film) pour ceux qui ne sont pas abonnés UGC Illimité
19h00–20h45 : Concours de danse, cocktail, cupcake
20h45 : Séance UGC Culte de Grease de Randal Kleiser en version originale sous-titrée

Reservez maintenant votre place ICI

Lucky Luke revient en grande forme pour fêter ses 70 ans

En décembre 2016, Lucky Luke célébrera le soixante-dixième anniversaire de sa naissance. L’homme (qui ne tirait pas encore plus vite que son ombre) est en effet apparu pour la première fois au mois de décembre 1946 dans L’Almanach Spirou.

L’année 2016 sera donc placée sous le double signe du « poor lonesome cowboy » et de son créateur, Maurice De Bevere, alias Morris, auxquels seront rendus divers hommages bien mérités. Les festivités commenceront avec une grande exposition – co-organisée par le festival d’Angoulême et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, elle se déroulera des mois de janvier à septembre 2016 – et la parution d’un beau livre, une référence, intitulé L’Art de Morris.

Le 5 février, dix albums mythiques, de Calamity Jane à Jesse James et à Canyon Apache, seront proposés au prix irrésistible de 7 euros, tandis qu’une réédition luxueuse en grand format de Phil Defer sera publiée à partir des planches d’origine. (voir la photo de la PLV de l’opération anniversaire ci-dessous)

À deux reprises, Lucky Luke remettra son destin entre les mains de Matthieu Bonhomme (en avril) puis de Guillaume Bouzard pour deux aventures pour le moins inattendues.

De quoi patienter jusqu’à un mois de novembre en forme d’apothéose. Les lecteurs auront en effet droit au lancement d’une édition intégrale agrémentée de dossiers passionnants sur l’histoire de la série, à la parution d’un numéro spécial de Spirou entièrement consacré à Lucky Luke et à la sortie d’un nouvel album prévu pour le 4 novembre, toujours dessiné par Achdé mais écrit par Jul, scénariste de Silex and the City et digne successeur de René Goscinny.

Intitulé La Terre Promise, Lucky Luke doit y escorter une famille de Juifs d’Europe de l’Est jusqu’au Grand Ouest. Son ami Jack-la-Poisse lui a en effet demandé de s’occuper de ses parents, auxquels il n’a pas osé avouer qu’il était cow-boy et qui le croient avocat à New York ! Un grand-père religieux obsédé du shabbat, une mamma décidée à gaver Lucky Luke de carpe farcie, une jeune fille prude qui cherche le mari idéal, un petit garçon turbulent plus intéressé par le Far West que par sa bar-mitsvah, sans compter les hors-la-loi, les joueurs de poker…

Bon anniversaire, Luke !

Source

La patinoire fait son retour sous la nef du Grand Palais

Tous les jours, du 14 décembre 2016 au 2 janvier 2017, le Grand Palais abritera la plus grande patinoire éphémère jamais créée en France pour patiner dans un lieu magique.

Venez en famille, entre amis, pour vous amuser ou simplement pour découvrir l’un des plus beaux monuments parisiens dans un contexte d’exception.

Des stands vous proposerons des boissons chaudes et glacées, et de la restauration de qualité tout au long de la journée…
Et pendant les nocturnes. Car l’événement sera ponctué d’animations et de shows de lumière tous les soirs jusqu’à 2 heures du matin ! Venez passer des fêtes de fin d’année inoubliables au Grand Palais des Glaces.

Informations

Politiquement Correct : la pièce politique dans l’air du temps

La Pépinière Théâtre a toujours une excellente programmation. J’ai eu un vrai coup de cœur pour la pièce Conversations avec ma mère, j’ai donc également vu Politiquement Correct. Sans parler de l’excellente pièce écrite également par Salomé Lelouch : Le mariage de Mr Weissmann

Le pitch : 23 avril 2017. Coup de tonnerre pour les uns : l’extrême droite est au second tour de l’élection présidentielle. Coup de foudre pour les autres : Mado et Alexandre se sont rencontrés une heure avant les résultats. Ils ont parlé de tout sauf de politique. Mado a toujours voté à gauche. Elle ignore qu’elle vient de tomber amoureuse d’un militant d’extrême droite…

Je suis honnête, j’ai beaucoup moins apprécié cette pièce malgré le sujet complètement d’actualité et la qualité des textes notamment sur certains passages très bien écrits. La scène du restaurant où chacun défend ses idées est LE moment de la pièce. Tous les arguments se tiennent. Pour le reste, j’ai trouvé la comédienne principale un peu trop larmoyante et l’approche parfois trop dramatique. Je me suis parfois ennuyé. Enfin, je ne vous dévoilerai pas la fin, mais je crois que tout le monde dans la salle était assez stupéfait avec un dénouement qui tombe net.

La pièce joue jusqu’à la fin de l’année si vous avez une vocation politique et que vous souhaitez faire une sortie dans ce sens.

Le mythe Ludwig Van Beethoven s’expose à la Philarmonie de Paris

La Philharmonie de Paris propose un regard nouveau sur l’une des figures centrales de l’imaginaire musical européen et mondial, le compositeur Ludwig van Beethoven.

Ce regard ne se limite pas à son œuvre, qui a donné ses lettres de noblesse et des références incontournables à la symphonie, la sonate pour piano ou au quatuor à cordes. La stature du créateur dépasse de loin le cadre de la musique dite classique. Présent sous des formes artistiques extrêmement variées, Beethoven renvoie aujourd’hui à un imaginaire collectif, à la fois populaire et savant, politique et artistique, dans lequel se mire constamment notre humanité.

L’exposition montre comment, dès son décès en 1827 – voire avant même cette issue fatale – le mythe « Ludwig van » ne cesse de creuser son inscription dans le paysage artistique, mais aussi politique, social et religieux.

De Gustav Klimt à Joseph Beuys, de André Gide à Michael Haneke, de Edward Burne-Jones à Pierre Henry en passant par Antoine Bourdelle, John Baldessari et Stanley Kubrick, l’aura beethovénienne hante les artistes et ne manque jamais son objet : celui d’électriser le regard, l’oreille et l’esprit.

 

Grande rétrospective Bernard Buffet au Musée d’Art moderne de Paris

Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris organise une rétrospective de l’œuvre de Bernard Buffet (1928 – 1999), considéré comme l’un des peintres français les plus célèbres du XXème siècle, mais également l’un des plus discutés. À travers une sélection d’une centaine de peintures, l’exposition propose une relecture d’une œuvre qui a été en réalité très peu vue.

Le parcours, organisé selon une présentation chronologique, s’ouvrira sur les débuts de Bernard Buffet, au moment où ses œuvres renouvellent le sens de tout un répertoire de formes et d’objets. Le contexte artistique de l’après-guerre, moment de débats autour de la question des réalismes, de la figuration et de l’abstraction, sera évoqué. Il s’agira de révéler le peintre comme un artiste paradoxal, qui se réfère à la peinture d’histoire à une époque de la disparition du sujet, qui allie peinture austère et aisance financière, grand succès public et rejet du monde de l’art.

Ainsi, à côté de ses thèmes de prédilection –autoportraits, natures mortes–, les différents sujets systématiquement exploités par Bernard Buffet au cours de ses expositions annuelles à la Galerie Garnier seront présentés : cycles religieux (La Passion du Christ), littéraires (L’Enfer de Dante, Vingt mille lieues sous les mers) ou allégoriques (Les Oiseaux, Les Folles). L’accent sera mis sur la réflexion constante de Bernard Buffet sur la peinture d’histoire (Horreur de la Guerre) et sur l’histoire de la peinture (Le Sommeil d’après Courbet), jusqu’à La Mort, spectaculaire dernière série se référant aux memento mori médiévaux.

Source et informations